Journal Traverse - 15

, par Stewen Corvez

Lundi 1er janvier 2018

Mardi :

  • Hier :
    • Lundi noir.
    • Étrange phénomène : pourquoi la lecture est-elle si simple alors que tout mouvement devrait être impossible ?
    • Impossible d’être sans douleur.
    • Qu’est-ce qui ?
    • Manger, encore manger.
    • Trop.
    • Je ne voulais pas.
    • Pourtant, il y a l’évidence.
    • Rassuré, boire plus ne me tente pas. Donc pas d’efforts à faire.
    • Épuisé.
  • Aujourd’hui :
    • Colère
    • Enfin, la proposition 2. Difficile, et pour cause.
    • Chaque texte parle, il faut forcer le détournement pour ne pas tomber dans l’impudeur.
    • Et encore le même pourquoi ?
    • Je comprends comment on peut devenir superstitieux.
    • Est-ce que je vais devenir comme ça, moi, le scepticisme incarné ?
    • Encore aujourd’hui, se remettre à croire à l’impossible.
    • La question devrait être : a-t-on le droit de ne plus croire ?
    • Se justifier, toujours.
    • Ces questions, je n’en veux pas.
    • Je mourrai, un jour. En attendant, j’ai à faire. Et pas qu’un peu.
    • L’éternité est un fantasme, mais un peu de rab au delà de la mort, on peut.
    • Mais pourquoi ?
    • Est-ce nécessaire.
    • Non.
    • Fichtre.
    • Tu l’as dit.
    • Tais-toi et dors.
    • Tu me réveilleras ?

Vendredi :

  • Avant-hier :
    • Pas bougé de la maison. Une journée à me remettre de quoi ?
    • Anesthésié ou guéri, je ne sais pas.
    • Mémoire vide.
    • Retourné en Morrowind, mais pas aussi exaltant qu’espéré.
    • Pas à cause du lieu, mais du contexte. La magie a disparu avec TESO.
    • Toutefois, besoin irrépressible de terminer les quêtes de mon dernier personnage avant de retourner à Bordeciel.
    • Impatient, car je me suis beaucoup attaché à l’ambiance de ce jeu.
    • Mis en vente "La Classe".
    • Première étape d’une liquidation totale.
    • Même si je devais, pour une raison impossible, continuer dans ce métier, ça serait sans manuel, sans livre, sans outil de référence. Les enfants méritent mieux que ces aberrations (il y a des exceptions, probablement, mais je ne les connais pas encore).
    • Marrant comme la mémoire revient, finalement.
  • Hier :
    • Deux escrocs et deux messages sans suite pour 77D. Probablement trop cher. Pourtant il les vaut et Images-photo les vendrait plus cher (et sans garantie).
    • Quand il fait noir, besoin du matériel, du concret.
    • Deux épisodes d’X-Files.
    • ... En préparant la copie d’un livre plein de trous. Mais au final, fera bien 62 pages.
    • L’histoire de la psychanalyse, passionnant.
    • Je ne comprends pas son rejet en bloc.
    • Contestable sur bien des points, mais bon sang quelle avancée intellectuelle !
    • Mais oui, le droit de refuser le bloc le dogme.
    • Peut-on occulter le noir ?
    • Oubli ou évitement de mon Barthe Moleskine ?
  • Aujourd’hui :
    • Réveillé tôt encore, encore, encore...
    • Faire ce journal. Par toujours simple à caser, mais tellement essentiel.
    • Travail de mémoire. Repenser à avant-hier. En même temps, permet aussi de n’en garder l’essentiel.
    • Sur le départ. Une journée, loin. Mais pas tant.
    • Heureux de les revoir. Je suis long à apprivoiser, parfois, mais j’aime aimer. Même si parfois, je suis ingrat.

Lundi :

  • Avant-hier :
    • Je sais déjà que j’aurai du retard dans le journal.
    • Tant pis ou tant mieux, mémoire.
    • Souvenir vide de pas grand chose.
    • J’ai copié les premières lignes du livre (est-ce que j’aurai des problèmes si je mets le titre ici ?)
    • Remis en place le grand rideau noir.
    • Lu. Toujours sur la psychanalyse.
    • L’histoire des Aquarelles est beau. Je me le garde pour quand ?
    • Bifrost numéro 14. J’hésite encore et toujours à lire d’autres anciens numéros.
    • Qu’est-ce que j’en retiens ?
    • Inquiet pour l’estomac noir. Toujours sans nouvelles.
  • Hier :
    • L’estomac noir revient un peu, parfois. Je suis rassuré.
    • Quand il repart, son absence laisse plus de séquelles.
    • Levé tôt. Trop. Fatigue.
    • Vu des gens se baigner un 31 décembre.
    • On s’est dit que peut-être. Un jour.
    • Mais pas maintenant. Comme ceux qui y renoncent.
    • Quelques vagues idées de photos.
    • Comme pour l’écriture, la musique, la thèse. Apprendre à prendre son temps.
    • Ce n’est pas simple.
    • Réveillon à 3 devant "La famille Addams". En souvenir du canard à l’orange brûlé.
    • Mise en ligne des annonces.
  • Aujourd’hui :
    • Re et re re mises en lignes.
    • Pas sûr que ce soit une bonne idée de vendre le 80D. Plus juste dans le budget. Mais en cas de pépin, permet de retirer une sacrée épine du pied. Sans compter le x1.6 qui n’est pas à négliger.
    • Enfin envoyé le texte de la proposition 2.
    • Et complété ce journal, enfin.
    • Reprendre le livre à venir. Chapitre 3.
    • Si les amis sont parfois de bon conseils, il faut être convaincu de leur intérêt quand on les trouve sur les fora...
    • Quand on peine à choisir, on nous dit qu’on ne sait pas le faire (alors que c’est juste une question de timing)
    • Quand on sait ce qu’on veut, on nous dit qu’on va trop vite et qu’on ne sait pas de quoi on cause. Je le saurai.
    • Quoi penser ?
    • Tout renvoyer à celle du type heureux.
    • Thé.
    • Ventre noir, encore. Il se cache. Son absence m’inquiète, sa présence m’effraye.
    • Condamné à partir... ou à se transformer.
    • En restera-t-il quelque chose ?
  • Demain :
    • Un film qui n’est plus rien qu’un peu de farine avec du beurre.