Histoires dés cube - 01

, par Stewen Corvez

Dimanche 14 mai 2017

Pour tout savoir, c’est ici
(un grand merci à Xian Moriarty pour l’initiative)

Tirage du 07/05/2017

Du silence des fantômes

Humphrey.

Comme une impossibilité à discourir sur la permanence. Un flop. Une garenne. Sauvagerie entretenue par l’ombre d’un doute. Mots transparents et faux amis intriqués, ni morts. Ni morts. Un froid sans altérité. La sphère de la parole morte. Chaque phonème glisse sur la courbe. Parfois la pente est douce ; d’autres fois, même l’écrit suffit à peine à entretenir le souffle et il ne reste qu’une mer d’injures pour ramasser les éclats de verbe.

Humphrey, mort, m’impose sa verve dialectique en se barricadant derrière une porte blindée dont la serrure est une figure fractale. Elle cache une chape d’angoisse froide dont le sens de lecture ne suppose aucune logique. Sa sphère de pensée se recroqueville, un bunker en béton armé qui protège ses bébés bunker.
— ...

Je lui promets que j’ai désinfecté ma parole avant de reprendre contact. Donne moi la clé, Humphrey. Parle-moi, je lui dis. Au bruit criant que font mes intestins, j’ai touché le fond. Mais je résiste, je fais et refais encore le tour de son mur de silence. Mille fois s’il le faut. Je ne crois pas en l’impossibilité d’ouvrir une bulle de dialogue. Son rire écrase chacune des mes tirades comme un loquet tombant. Je m’essouffle, mes viscères pactisent avec Humphrey, je n’ai rien vu venir. Je me vide sur place.

Je reviendrai demain.

JPEG - 1.9 Mo